Compte rendu papotage littéraire du 10 décembre 2020

Après un petit bilan sur la rencontre elle même, vous trouverez plus bas dans l’article le détail des livres évoqués (détail rédigé par Martine, merci à elle).

Une douzaine de personne ont assisté à cette rencontre, en participant à la visio ou en la regardant et envoyant des messages.

Quelques infos données lors des discussions :

  • la bibliothèque est ouverte ! Repérez bien les horaires mais c’est ouvert.
  • le catalogue est désormais consultable en ligne et les réservations possibles ici : https://damgan-pom.c3rb.org/.
  • Info Covid19 : les livres sont mis en quarantaine 3 jours lorsqu’ils reviennent avant d’être reproposés au public.
  • la question a été posée : nous utilisons l’outil de visioconférence Big Blue Button, libre, ne nécessitant pas d’installation de logiciel, disponible chez différents fournisseurs, nous avons choisi une instance W’sweet. pour qui serait intéressé nous avons produit 2 tutoriels à ce sujet :

Déroulement de la visioconférence

Ce fut une première. Début un peu compliqué comme à l’accoutumé, problèmes de son ou de caméra à régler pour plusieurs participants. Il serait bon de régler le problème d’écho sur l’ordinateur des animatrices.

Bilan : très sympathique, plusieurs personnes ont été séduites par les oeuvres présentées par les autres intervenants. Tout le monde semble partant pour renouveler ces “papotages”.

Pour gagner en confort nous avons appliqué une des règles très utiles pour une visio avec un peu de monde : penser à éteindre son micro quand on ne parle pas. Sinon les bruits de fond s’accumulent et ça peut devenir très ennuyeux.

Le commutateur de micro est en bas de l’écran.

Une petite icône rouge indique quand notre micro est coupé.

Livres présentés

Cette icône signifie que le livre est disponible à la bibliothèque.

Camille pense au Père Noël / Jacques Duquennoy. -Albin Michel

C’est Noël. Le père Noël ne va pas tarder à venir. Vite, Camille prépare ses chaussons ! Mais, elle aussi veut faire un cadeau au père Noël ! Pour les tout-petits

Un été avec Pascal / Antoine Compagnon. -Editions des équateurs

Après Montaigne, Antoine Compagnon nous invite à passer un été avec Pascal. Un siècle de différence entre les deux hommes qui sont tous les deux fondateurs de notre modernité, c’est-à-dire de la liberté d’esprit. Pascal (XVIIe siècle) comme Montaigne (XVIe siècle) traite de l’homme, de la société, de l’univers, du pouvoir, de la foi, de l’angoisse, de la mort, du jeu : le tout et le rien. Nous connaissons tous les sentences célèbres de Pascal : « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie », « Qui veut faire l’ange fait la bête », « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point ».

Antoine Compagnon évoque à la fois la vie du génie Pascal (auteur du traité des Coniques), tout en allant chercher la signification de ses pensées elliptiques. Avec cette tournure d’esprit combinatoire, Pascal explore tous les possibles de la réflexion.

En quarante et un chapitres (dont six inédits) il s’intéresse aussi bien à la question de la violence et de la vérité, de la tyrannie, à l’esprit de finesse, au divertissement et au juste milieu. Antoine Compagnon nous fait découvrir l’écrivain du miracle et de la grâce dont la pensée permet de mieux nous connaître.

Terminus Elicius / Karine Giebel. -Pocket (Policier)

Istres-Marseille. Pour Jeanne, la vie est ponctuée par cet aller-retour ferroviaire quotidien entre son travail de gratte-papier au commissariat et la maison de sa mère. Elle attend néanmoins qu’un événement vienne secouer le fil de son existence : un regard, enfin, du capitaine Esposito ? La résolution, peut-être, de cette affaire de serial killer qui défraie la chronique phocéenne ? « Vous êtes si belle, Jeanne Si touchante et si belle. » Ce soir-là, une lettre, glissée entre deux banquettes, semble combler toutes ses espérances. Un peu trop, même. Car derrière le mystérieux soupirant se cache le meurtrier tant recherché par la police. Commence alors une correspondance amoureuse qui, pour Jeanne, n’aura de terminus qu’au bout de l’enfer…

Le crépuscule et l’aube / Ken Follet.- Robert Laffont

En l’an 997, à la fin du haut Moyen Âge, les Anglais font face à des attaques de Vikings qui menacent d’envahir le pays. En l’absence d’un État de droit, c’est le règne du chaos.

Dans cette période tumultueuse, s’entrecroisent les destins de trois personnages. Le jeune Edgar, constructeur de bateaux, voit sa vie basculer quand sa maison est détruite au cours d’un raid viking. Ragna, jeune noble normande insoumise, épouse par amour l’Anglais Wilwulf, mais les coutumes de son pays d’adoption sont scandaleusement différentes des siennes. Aldred, moine idéaliste, rêve de transformer sa modeste abbaye en un centre d’érudition de renommée mondiale. Chacun d’eux s’opposera au péril de sa vie à l’évêque Wynstan, prêt à tout pour accroître sa richesse et renforcer sa domination.

Dans cette extraordinaire épopée où se mêlent vie et mort, amour et ambition, violence, héroïsme et trahisons, Ken Follett, l’un des plus importants romanciers de notre temps, revient à Kings bridge et nous conduit aux portes des Piliers de la Terre.

Nickel boys / Colson Whitehead. -Albin Michel

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à cœur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université pour y faire de brillantes études, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes.

Couronné en 2017 par le prix Pulitzer pour Underground Rail road puis en 2020 pour Nickel Boys, Colson Whitehead s’inscrit dans la lignée des rares romanciers distingués à deux reprises par cette prestigieuse récompense, à l’instar de William Faulkner et John Updike. S’inspirant de faits réels, il continue d’explorer l’inguérissable blessure raciale de l’Amérique et donne avec ce nouveau roman saisissant une sépulture littéraire à des centaines d’innocents, victimes de l’injustice du fait de leur couleur de peau.

« Le roman de Colson Whitehead est une lecture nécessaire. Il détaille la façon dont les lois raciales ont anéanti des existences et montre que leurs effets se font sentir encore aujourd’hui. » Barack Obama

Tout le bleu du ciel / Mélissa Da Costa. -Le livre de poche

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.

Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Un livre aux dialogues impeccables et aux personnages touchants d’humanité.

L’art de perdre / Alice Zéniter. -Flammarion

L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?

Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

Peau d’homme / Hubert ; Zanzim. -Glénat

Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.

La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?

À travers une fable enlevée et subtile comme une comédie de Billy Wilder, Hubert et Zanzim questionnent avec brio notre rapport au genre et à la sexualité… mais pas que. En mêlant ainsi la religion et le sexe, la morale et l’humour, la noblesse et le franc-parler, Peau d’homme nous invite tant à la libération des mœurs qu’à la quête folle et ardente de l’amour.

L’exilé / Erik Kriek – Anspach Editions

Il en est des terres rudes où la vie est dure et où l’histoire est très liée à la mythologie… L’Islande fait partie de ces terres et c’est ici que ce récit commence et se termine.

7 ans après avoir été banni et exilé l’Islandais est de retour sur ses terres. Repenti, l’exilé souhaite retrouver ses terres et son pays.

Mais est-ce si simple ? Comment cet homme va-t-il être reçu ? Devra-t-il prouver sa valeur ? Pourra-t-il enfin vivre en paix sur cette terre qui est la sienne ?

Ce qui marque tout de suite avec cette BD c’est le graphisme en bichromie qui porte l’histoire avec une très grande intelligence. Les planches sont magnifiques, Erik Kriek utilise les noirs à merveille. Pour certaines pages, il ajoute à la bichromie un rouge sang qui exprime remarquablement bien les propos, les rêves, la colère ou tout autre sentiment.

Pour aller plus loin :

https://www.2dgalleries.com/art/erik-kriek-de-balling-l-exile-p37-140758

Hyacinthe et Rose / François Morel ; Martin Jarrie. -Thierry Magnier

Martin Jarrie a peint quarante-huit somptueux portraits de fleurs. François Morel a écrit, en écho, le portrait de Hyacinthe et Rose, à travers les yeux de leur petit-fils devenu adulte. Presque tout oppose ces deux tempéraments, Hyacinthe le communiste bouffeur de curés et Rose la fière bigote. Mais ils partagent une même passion : les fleurs. Raconter le jardin de ces deux-là, c’est raconter leur vie, faite de petits bonheurs et de grandes luttes, de sérieux et de fantaisie.

Pour aller plus loin (cliquer pour la vidéo) :

La fureur de vivre / Hubert Reeves. -Seuil

Ce livre est une invitation à regarder le monde comme un lieu où s’exerce une formidable volonté de vivre, un lieu fécond où ça veut, ça peut, ça évolue, ça coûte, ça donne et ça risque.

J’ai ajouté des images à ces propos : une sorte de diaporama de nos origines. L’exercice recommandé consiste à les contempler longuement pour bien les percevoir. Parce qu’elles touchent non seulement nos idées mais aussi nos émotions.

Vous voilà tous, lectrices et lecteurs, conviés à ce spectacle. Mon seul but est d’alimenter les réflexions autour du grand et tragique mystère de notre existence. » H. R.

Un livre aussi concis que profond, qui allie la vulgarisation la plus accessible à la méditation la plus haute, et dont le texte est amplifié par le contrepoint de fascinantes images de notre monde.

Le voyage de Pénélope : une odyssée de la pensée / Marie Robert. -Flammarion

« Pénélope, tu n’es pas ici par hasard. Tu veux vivre quelque chose, ton cœur brûle, ta tête t’assaille de réflexions, mais tu refuses d’aller plus loin, tu refuses de plonger. Tu restes spectatrice et tu rumines. C’est ça ton grand voyage ? Tu sais, chaque individu a un rôle à jouer. Chaque personne peut utiliser la force de son esprit pour devenir acteur de son existence et du monde qui l’entoure. Ensemble, à force de réflexions et d’actions, nous ferons de ces ruines un palais. »

Ceci est une odyssée. Un périple au cœur de nos doutes, de nos errances, de nos tempêtes. Pénélope ne sait plus quel chemin de vie emprunter. Les questions existentielles la bousculent. Qui suis-je ? Où vais-je ? Quel sens donner à mes choix ? En quittant son amour, son travail et sa ville natale pour rejoindre la Grèce, elle part en voyage à travers elle-même, mais aussi à travers l’histoire de la philosophie.

Le miracle Spinoza : une philosophie pour éclairer notre vie / Frédéric Lenoir -Fayard

Banni de la communauté juive à 23 ans pour hérésie, Baruch Spinoza décide de consacrer sa vie à la philosophie. Son objectif ? Découvrir un bien véritable qui lui « procurerait pour l’éternité la jouissance d’une joie suprême et incessante ». Au cours des vingt années qui lui restent à vivre, Spinoza édifie une œuvre révolutionnaire. Comment cet homme a-t-il pu, en plein XVIIe siècle, être le précurseur des Lumières et de nos démocraties modernes ? Le pionnier d’une lecture historique et critique de la Bible ? Le fondateur de la psychologie des profondeurs ? L’initiateur de la philologie, de la sociologie et de l’éthologie ? Et surtout, l’inventeur d’une philosophie fondée sur le désir et la joie, qui bouleverse notre conception de Dieu, de la morale et du bonheur ?

A bien des égards, Spinoza est non seulement très en avance sur son temps, mais aussi sur le nôtre. C’est ce que j’appelle le « miracle » Spinoza.


Ajouté par Pierre le 15/12/2020 : ce premier papotage a donné lieu à une interview de Jérôme sur Océane FM à écouter ici.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *