Mon premier article

Bonjour,

ceci est un exercice, atelier annoncé ici

 

L’État de Chuuk, fortement endetté, est le plus peuplé des quatre États des États fédérés de Micronésie et représente, avec 50 000 habitants, environ 50 % de la population du pays. Mécontent de la répartition des subsides offerts par le Traité de libre-association qui lie les États fédérés de Micronésie et les États-Unis, le gouvernement chuukois crée en 2012 la Chuuk state political status commission (CPSC) chargée d’étudier les différentes possibilités quant à la souveraineté future de l’État de Chuuk. L’indépendance est jugée la plus à même de répondre aux besoins et un référendum auprès de la population de l’État est projeté. Un tel vote est combattu par le gouvernement fédéral et une partie de l’électorat chuukois. Sa légalité constitutionnelle fait débat.

La campagne pour le « oui » argue que l’indépendance permettrait une élection par scrutin direct du président du pays, un contrôle sur les affaires étrangères la concernant, la possibilité d’instaurer des impôts ou des taxes pour abonder substantiellement le budget, une meilleure croissance économique et de meilleures infrastructures grâce à une amélioration de l’efficacité dans l’action. Il est espéré que le nouveau pays puisse signer un traité de libre-association, plus en accord avec les besoins de Chuuk, avec les États-Unis. Toutefois, l’administration américaine fait savoir qu’aucun traité de ce type ne serait signé avec la nouvelle entité et que les Chuukois vivant sur le territoire américain

Un livre à lire sur Assange : acheter à la FNAC


jerome

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.