Apprendre, partager, se cultiver sur le numérique

 
Claude Renou
Sujet Auteur
Messages : 27
Enregistré le : 11 oct. 2016 19:14

Gilets jaunes Ce que Facebook révèle du mouvement

08 déc. 2018 15:38

Bonjour,
Lu ce samedi sur Ouest-France.fr : il est question de la pratique de Facebook par les Gilets jaunes analysée par une
start up rennaise. Notamment des conséquences du changement d'algorithme de réseau début 2018.
______________________________________________________________________________________________________________
[size=175]Gilets jaunes : ce que Facebook révèle du mouvement [/size]
Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, Facebook a joué un rôle central dans la mobilisation. L’analyse de ce qui se passe sur le réseau social, devenu un véritable lieu d’émancipation politique pour une partie de la société française, montre d’autres aspects du mouvement de contestation.



Le mouvement des Gilets jaunes n’aurait pas pris une telle ampleur sans Facebook. Le réseau social a joué un rôle prépondérant dans l’apparition de la protestation et dans l’organisation de la mobilisation ces dernières semaines. Mais, en plus d’être une plateforme d’échanges au sujet des manifestations, Facebook s’est révélé être un véritable espace de contestation sociale.
Dès le mois de septembre, la colère contre les taxes était déjà visible, explique Bruno Breton, le patron de la start-up rennaise Bloom, qui analyse les mouvements sur les réseaux sociaux. Ainsi, deux mois avant que le mouvement n’apparaisse dans les médias, la problématique des taxes en France était largement plus évoquée dans les échanges sur Facebook que dans les médias ou dans les discours politiques - un rapport de 1 à 100, explique Bruno Breton.
Les discussions se sont bien sûr intensifiées ces dernières semaines. En vingt jours, Bloom a ainsi relevé quelque 20 millions d’échanges au sujet des Gilets jaunes, soit l’équivalent de ce qui s’est passé pendant la dernière élection présidentielle
Bulles de filtres
L’importance prise par le mouvement des Gilets jaunes est en partie due au changement d’algorithme de Facebook, au début de l’année, explique de son côté Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information et spécialiste des réseaux sociaux. Le réseau social a relégué au second plan les articles produits par des médias pour favoriser les publications des amis, en particulier sur les groupes. Or, c’est justement grâce à des groupes que s’est formé le mouvement des Gilets jaunes.
Des groupes comme La France en colère et Fly Rider, par exemple, cumulent des communautés de plus de 300 000 personnes. Un autre groupe apparu récemment, « Combien sommes-nous de Gilets jaunes ? », totalise d’après ses administrateurs 2.6 millions de membres. Des chiffres impressionnants, que seules des pages de stars comme celle du monde du football par exemple, parviennent à atteindre.
Problème, explique le chercheur : ce nouvel algorithme, qui a permis à ces groupes de décoller, a aussi créé un effet de « bulles de filtres » dans lesquelles se retrouvent pris les Gilets jaunes : « Leurs publications ont été surpondérées par rapport au reste, et très vite les gens se sont retrouvés inondés d’informations provenant de ces comptes-là. »
Après s’être inscrit par exemple sur le groupe « La France en colère », l’utilisateur reçoit tout à coup énormément d’articles et de messages en provenance de ce groupe et se retrouve submergé par du contenu « jaune », ce qui peut tromper son ressenti par rapport à ce mouvement.
Un ensemble de petits engagements
Le système de Bloom, qui permet d’identifier les positions des gens en analysant leurs interactions, a permis de détecter une radicalisation récente des positions vis-à-vis du gouvernement. En dépit des annonces faites par Édouard Philippe le 4 novembre, la part d’utilisateurs mécontents du gouvernement a grimpé ces derniers jours, au point d’atteindre une écrasante majorité des échanges. 
Sur Facebook, les Gilets jaunes forment ce que l’on nomme un phénomène de « synchronisation collective », explique-t-il : ce sont beaucoup de gens qui pensent la même chose, au même moment. C’est une somme de petits engagements, qui sont très difficiles à manipuler par des gens qui voudraient instiguer la violence.
Si Bloom a bien détecté par exemple la présence d’environ 500 comptes d’origine étrangère, notamment russe, ils n’ont pour ainsi dire pas pesé dans le débat, faute de véritable influence. De même, les groupes violents « d’ultras » qui ont tenté d’infiltrer le débat ne représentent pas plus de 5 % des échanges au sujet des Gilets jaunes, ajoute Bruno Breton.
Des données personnelles à vendre
Le rôle prépondérant pris depuis quelques semaines par Facebook soulève un autre problème : le réseau social conserve toutes les traces que les internautes laissent derrière eux. « Prenons l’exemple des revendications portées par les Gilets jaunes, explique Olivier Ertzscheid. En plus de connaître les habitudes de consommation, les réseaux d’amis, le réseau social aura une connaissance très précise des opinions politiques de centaines de milliers de personnes, notamment en ce qui concerne la quarantaine de revendications qui seront au cœur des prochaines élections. »
Le chercheur rappelle que les personnes qui manifestent proviennent des classes populaires ou intermédiaires, et avertit : « Si demain, un parti comme le FN ou La France insoumise cherche à mobiliser un électorat qui s’est éloigné des urnes, il pourrait payer pour obtenir les données récoltées par Facebook, comme cela a été le cas dans l’affaire Cambridge Analytica. Facebook a tous les outils techniques pour croiser ces données et cibler des personnes en particulier. »
Pourtant, conclut le chercheur, il ne faut pas se tromper sur le rôle de Facebook dans le mouvement des Gilets jaunes. Le réseau social a offert un terrain d’expression à des gens qui, ces dernières années, n’ont pas eu accès à l’espace médiatique. Les Gilets jaunes ne veulent pas être représentés, mais veulent avant tout être visibles, et c’est ce que leur offre la plateforme, assure Olivier Ertzscheid, avant d’ajouter : « C’est ce que les hommes politiques n’ont pas compris ».

Paul Grisot
Ouest-France, 8 décembre 2018
 
Avatar de l’utilisateur
jerome
Site Admin
Messages : 322
Enregistré le : 27 sept. 2016 11:19
Localisation : Damgan

Re: Gilets jaunes Ce que Facebook révèle du mouvement

08 déc. 2018 17:10

On va avoir des soucis avec Ouest France... :)
 
Avatar de l’utilisateur
Pierre
Messages : 78
Enregistré le : 28 sept. 2016 09:46
Localisation : Damgan

Re: Gilets jaunes Ce que Facebook révèle du mouvement

16 déc. 2018 09:18

Bonjour,

Sur le même sujet, un article d'Alternatives Économiques.

Pierre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 0 invité